5 déclencheurs évitables pouvant aggraver l’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire est souvent le symptôme d’un problème sous-jacent plus important qui peut être traité efficacement. Voici quelques exemples :

1. L’alcool

Boire trop d’alcool peut déclencher une incontinence urinaire. L’alcool en soi n’est pas une cause d’incontinence urinaire, mais pour les personnes sujettes aux fuites urinaires, il peut provoquer des fuites.

Ce n’est pas seulement parce que l’alcool irrite la vessie, mais il contracte et détend également le détrusor, principal muscle qui forme la paroi de la vessie et contrôle l’excrétion ou la rétention de l’urine. Dès que le muscle se détend, il provoque une fuite d’urine involontaire, en particulier chez les personnes déjà sujettes à l’incontinence.

Que faire : Si vous souffrez d’incontinence, éloignez-vous des boissons alcoolisées, en particulier lorsque vous assistez à un événement social et que vous vous inquiétez des fuites.

2.  Un manque de liquide

Contrairement à la croyance populaire, limiter votre consommation de liquides n’arrêtera pas les fuites urinaires. Lorsque vous ne buvez pas assez d’eau, l’urine de votre vessie devient plus concentrée, ce qui l’irrite et provoque des fuites urinaires.

Que faire : Ne vous laissez pas déshydrater pour éviter les fuites. Utilisez la couleur de votre urine pour déterminer votre degré d’hydratation et limitez votre consommation de liquides avant le coucher. Une urine saine est généralement jaune transparent, couleur paille pâle.

3.  Certains médicaments

Certains médicaments peuvent également avoir un effet sur la vessie et entraîner des fuites d’urine involontaires. Ceux-ci comprennent les alpha-bloquants, qui sont couramment utilisés pour le traitement de l’hypertension artérielle, les diurétiques utilisés pour le traitement des maladies du rein et, très rarement, des somnifères et des antidépresseurs.

Que faire : Si vous prenez des médicaments pour un autre problème de santé et que vous craignez de provoquer une incontinence, parlez à votre médecin pour discuter des effets secondaires et des alternatives.

4.  L’obésité

Il a été démontré qu’un poids corporel insalubre peut entraîner une pression inutile sur la vessie, ce qui peut aggraver l’incontinence urinaire. En effet, les dépôts graisseux excessifs autour de la région abdominale exercent une contrainte chronique sur l’urètre et la vessie.

Que faire : Des études cliniques ont suggéré qu’une réduction de l’indice de masse corporelle au moyen de diètes ou de chirurgies de pontage gastrique pourrait également réduire le niveau d’incontinence urinaire. Si vous pensez qu’un surplus de poids aggrave votre incontinence, discutez d’un plan de perte de poids avec votre médecin ou votre nutritionniste.

5.  La constipation

La constipation peut entraîner une incontinence urinaire pour diverses raisons. L’une d’elles est que des efforts constants au cours des selles peuvent exercer une tension sur les muscles du plancher pelvien, qui jouent un rôle dans le contrôle de la vessie. Ce type d’incontinence est connu sous le nom d’incontinence urinaire à l’effort. De plus, un intestin qui n’est pas vidé régulièrement peut pousser la vessie vers le bas, créant ainsi un besoin constant d’uriner ou une fuite d’urine involontaire.

Que faire : Traitez la constipation en premier. Lorsque vous consultez votre médecin traitant pour incontinence, notez si vous souffrez également de constipation. Augmentez votre consommation de fibres en incluant des aliments riches en fibres tels que des grains entiers, des fruits et des légumes frais. Si la constipation persiste, consultez votre médecin, car la constipation chronique ne fera pas qu’aggraver l’incontinence, mais entraînera également d’autres complications médicales.